Vitamine B12

LA CARENCE EN VITAMINE B12

>>> Attention ! Article complété (et modifié) par un second le 14/03/2017 à lire ensuite… <<<

Complément alimentaire vitamine B12 VEG1Dès que l’on parle de régime végan on entend parler de la fameuse VITAMINE B12 pour laquelle la carence est extrêmement grave. Pour peu que l’on creuse un petit peu la question, ce que je viens de faire, on s’aperçoit que beaucoup de bêtises sont véhiculés par ceux qui voient le régime végan comme inutile et contraire à leur mode de vie. Quel végan ne s’est pas entendu dire au moins une fois que son alimentation était dangereuse pour la santé et que la meilleure preuve était qu’il devait se supplémenter en vitamine B12, quand ce n’est pas en plus en calcium et autres nutriments ? Bien sûr, c’est faux ! Mais il est néanmoins très important pour les végans de s’intéresser à la question, comme nous allons le voir.

IL EST TEMPS DE RÉTABLIR QUELQUES  VÉRITÉS

  1. Tout d’abord la carence éventuelle en vitamine B12 peut atteindre aussi bien les omnivores que les végétariens et végétaliens ! Tout simplement parce que, avec l’âge, le stock dont nous disposons naturellement s’épuise. Et ça quel que soit le régime alimentaire.
  2. Si les traitements agricoles bactéricides n’avaient pas appauvri les sols dans lesquels sont cultivés les fruits et légumes, ceux-ci en contiendraient suffisamment pour couvrir les besoins de tout être vivant. Ce n’est donc pas le régime alimentaire qui est en cause, mais l’industrialisation des cultures pour toujours plus de rendement et d’argent.
  3. Il est parfaitement inutile de prendre un complément alimentaire quotidien en vitamine B12 car le corps la stocke pour plusieurs années (3 à 5) dans le foie et les reins. Une injection annuelle par piqûre intramusculaire suffit amplement. Ou bien sous forme de cachets pour ceux qui ne veulent pas en passer par le médecin ou n’apprécient guère la vue d’une seringue.
  4. Il n’y a aucun risque de surdosage de ce complément en raison du stockage évoqué ci-dessus, et également parce que le corps évacue naturellement un excès éventuel par les urines. Ceci car elle est hydrosoluble.
  5. Attention aux boissons et aliments enrichis en vitamine B12 car ils le sont par de la vitamine B12 synthétique et non-pas naturelle. De fait ce n’est pas très efficace car la synthétique est beaucoup moins bien utile à l’organisme, elle est plus difficile à métaboliser par celui-ci et donc mal absorbée. De plus les produits bio ne peuvent pas être enrichis et dans les autres il faut veiller à ce qu’il soit bien spécifié dessus qu’il s’agit d’un produit végan.
  6. La vitamine B12 n’est pas d’origine animale, elle est d’origine bactérienne. On la retrouve naturellement dans l’humus, les algues marines, et l’appareil digestif des animaux et des hommes.
  7. La vitamine B12 est présente à la surface des fruits et légumes crus non nettoyés. Bien moins qu’elle ne devrait pour les raisons déjà évoquées ci-dessus. Mais surtout il y a un gros problème aujourd’hui, c’est qu’avec les traitement (pesticides en particulier) qui sont appliqués aux fruits et légumes il est devenu impossible de les manger non lavés. Sauf peut-être les bios.

L’ORIGINE DU PROBLÈME

Composition de la vitamine B12La vitamine B12 fait partie de ces éléments dont le corps a besoin, mais qu’il ne fabrique pas (ou plutôt, pour être plus précis, il en fabrique, mais pas au bon endroit pour que cela nous soit utile). Dans ce cas, comme toujours, c’est l’alimentation qui doit subvenir à ce besoin. C’est pour cela qu’on mange.

La B12 participe au métabolisme de toutes les cellules reproductrices, notamment la formation des globules sanguins, des nerfs, du matériel génétique et du métabolisme des protéines. Elle est indispensable au cerveau. Elle joue un rôle important dans la formation de l’ADN, la croissance et la division des cellules.

Comme on est censé trouver de la B12 dans la viande et les crustacés, un régime omnivore comble normalement ce manque. Ce qui serait d’ailleurs aussi le cas des fruits et légumes si ceux-ci n’avaient pas été appauvris par l’homme et ses cultures intensives (pesticides et herbicides à tout va). Le comble c’est que cela vaut pour tout le monde, y-compris pour les animaux que les omnivores consomment. Ceci à tel point que lesdits animaux sont aujourd’hui, pour la plupart, enrichis en B12 par des compléments. On marche vraiment sur la tête !

DÉPISTAGE

En cas d’insuffisance de B12 dans l’organisme plusieurs signes peuvent nous alerter, tant physiologiques qu’émotionnels :

  • fatigue,
  • anxiété,
  • troubles digestifs,
  • faiblesse générale,
  • insuffisance immunitaire,
  • fourmillements dans les membres.

Il y a au moins trois moyens de dépister une carence en vitamine B12 :

  1. Pour confirmer que l’origine de ces problèmes vient bien d’une carence en vitamine B12 une simple analyse de sang suffit. Il faut regarder le taux d’homocystéine et surveiller sa hausse anormale. Cela conduit directement à l’arthérosclèrose par l’affaiblissement des parois des vaisseaux sanguins et l’accumulation d’amas graisseux dans les artères. La vitamine B12 sert justement à réguler la production d’homocystéine.
  2. On peut aussi faire pratiquer un test Holo-TC (pas remboursé…).
  3. Il est également possible de procéder à une analyse d’urine et y regarder alors le taux d’acide méthylmalonique. Ce test, MMA, est considéré comme le plus fiable par la plupart des médecins en raison du niveau cellulaire auquel il intervient.

Même les médecins et chercheurs ne semblent pas tous d’accord sur la meilleur façon de procéder au dépistage. Selon certains la détection par l’analyse du sang ne prenant pas en compte la présence de la vitamine au niveau cellulaire, celle-ci ne serait pas suffisamment fiable. Et les seuils d’alerte actuels trop bas.

Voici les niveaux normaux et critiques d’acide méthylmalonique (MMA) en fonction du test effectué (sanguin ou urinaire) :

  • Niveaux normaux :
    • MMA dans le sérum sanguin : 0,04 – 0,27 µmol/l | jusqu’à 271 nmol/l
    • Dans l’urine : jusqu’à 2 mg MMA/g de créatinine | jusqu’à 3,6 µmol MMA/mmol de créatinine
  • Niveaux critiques :
    • MMA dans le sérum sanguin : > 0,37 µmol/l | >271 nmol/l
    • MMA dans l’urine : > 2 mg MMA/g de créatinine | >3,6 µmol MMA/mmol de créatinine

RELATIONS DIFFICILES ENTRE DÉCÈS ET CARENCE DE B12

Une carence en vitamine B12, quel que soit le régime alimentaire suivi, n’apparait pas immédiatement en raison du stockage et des réserves de l’organisme. Les conséquences de cette carence, à la vue des symptômes décrits ci-dessus, sont bien évidemment très graves puisque l’insuffisance immunitaire peut conduire directement dans la tombe en ouvrant la voie à bon nombre de maladies mortelles (les cancers par exemple). Quand ces maladies sont déclarées il devient très difficile d’en attribuer la cause directe à une carence de vitamine B12. La diversité et l’étendue des symptômes entraînés par son absence font que le lien direct n’est pas évident à établir.

J’en déduis que beaucoup de gens, et certainement pas tous végans, ont du décéder sans que la relation soit établie entre le décès et une carence en vitamines B12. Pour pousser plus loin le raisonnement je conclus de tout ceci que le fait d’adopter une alimentation végane a le mérite d’attirer l’attention sur cette carence possible, ce que ne font pas les mangeurs de viande, Et du coup un végan sera mieux protégé que les omnivores grâce à sa vigilance accrue sur un possible manque de B12. Surtout en prenant de l’âge.

La B12 oui, mais pas n’importe laquelle

L’autre nom de cette vitamine d’origine bactérienne est la COBALAMINE. Elle est produite par des micro-organismes (les bactéries) et sa structure chimique contient un ion central de cobalt (d’où son nom). On a vu précédemment qu’il y avait de la vitamine B12 de synthèse :

  • cyanocobalamine

par opposition à celle qui est naturelle. Cette dernière est aussi appelée :

  • méthylcobalamine
  • adénosylcobalamine

Ce sont ces dernières qu’il faut privilégier dans l’apport de complément à notre organisme.

CONCLUSION

Pour terminer cet article je suis obligé de faire le constat qu’il y a très peu de possibilités pour les végans de subvenir à leurs besoins en vitamine B12. Très peu d’aliments végans en contiennent et il est quasi impossible d’affirmer qu’ils sont efficaces :

  • Certains conseillent les algues suivantes : spiruline, chlorella, ou nori. Cependant la quantité de B12 active et biodisponible dans celles-ci est très controversé, ce n’est donc pas fiable. Il se pourrait même, compte tenu des possibilités actuelles d’analyse de ces algues, soit qu’elles ne contiennent pas de B12 biodisponible, soit qu’elles soient même toxiques. Et si vous n’êtes pas convaincus pensez au fait que ces algues viennent de la mer (forcément) et que celle-ci ressemble malheureusement de plus en plus à un bouillon de culture radioactif ! Donc on oublie ça !
  • D’autres conseillent des aliments fermentés : tempeh, ferment de levain, choucroute et bière. Là encore, méfiance… les quantités de B12 relevées y sont très faibles et instables. Pas fiable non plus.
  • D’autres, enfin, proposent le persil, l’argousier et l’herbe de blé. Et c’est pareil, on ne sait pas actuellement si la présence de B12 y est naturelle ou provient de contaminations. Encore raté !

Pour des raisons que je me refuse à développer ici, on va passer sous silence l’idée de manger notre popo, donc…

Ne reste plus que la possibilité de se prémunir d’une carence en vitamine B12 par la prise de compléments alimentaires, et à condition qu’ils soient certifiés végans ! Sinon gare aux adjuvants non végans ou à l’utilisation de bactéries OGM pour les fabriquer.

Personnellement je crois que je vais opter pour une piqure annuelle ! Avant toute chose je vais en parler avec mon médecin.

 

Olivier
25 février 2017

>>> Attention ! Article complété (et modifié) par un second le 14/03/2017 à lire ensuite… <<<

 

Sources de documentation et de réflexion complémentaires :

Laisser un commentaire