La conscience animale

Veggy, nous parle de la conscience animale

Veggy de Aventure-VeganCoucou les humains. Alors comme ça il y a des personnes dans votre espèce qui pensent que les animaux, dont moi-même je faisais partie, n’ont pas de conscience ? Nous ne serions pas sensibles et ne ressentirions pas d’émotions ? Quelle erreur et quelle ignorance ! Et pour vous démontrer que vous avez tout faux, je vais faire appel à quelques humains qui, eux, se sont donnés la peine de nous observer et de nous comprendre.  Tenez ! En 2012, des chercheurs en neurosciences cognitives, neuropharmacologie, neurophysiologie, neuroanatomie et neurosciences computationnelles (excusez du peu) se sont réunis à l’Université de Cambridge (chez les rosbifs LOL, humour noir vache), pour faire le point sur la conscience des événements dont les animaux, humains et non-humains, sont dotés.

Mêmes causes, mêmes effets

Sur la base de leurs expériences, enrichies par de nouvelles techniques, ils ont établi que nos circuits cérébraux (réseaux de neurones sous-corticaux) excités lors d’états affectifs, sont les mêmes que chez les humains. Autrement dit nous avons également un comportement émotif. Je les cite : « L’excitation artificielle des mêmes régions cérébrales engendre les comportements et les ressentis correspondants chez les animaux humains et non-humains. » Et paf ! Dans le baba pour ceux qui nous croient insensibles. Et ceci est valable même pour nos bébés, comme pour les bébés humains.

Ceci veut dire en clair, pour ceux qui seraient un peu durs à la détente, que quand on m’enfonce une perche ou un bras dans le vagin, à sec, pour me mettre en cloque artificiellement, et bien je m’en rends compte, et j’ai mal tout pareil qu’une femme humaine qui serait forcée. Sauf que pour une femme vous appelez ça un viol, mais pour moi vous appelez ça une insémination artificielle… Vous n’avez pas honte là ?

Et quand vous m’enlevez mon bébé à sa naissance, vous pensez peut-être que je meugle pour le plaisir. Et bien non ! Je pleure plusieurs jours de suite car je suis submergée de tristesse que l’on m’enlève mon bébé. Tout comme une femelle humaine pleurerait aussi. Et vous avez pensé à la peine de mon bébé arraché à sa mère ? À son sentiment d’abandon ? Et à ce que je peux ressentir quand vous constatez que c’est un mâle et que vous me le tuez sous les yeux ? Stress ! Stress ! Et encore stress ! Soyez pas étonné si mon lait tourne. Encore honte à vous !

Mammifères, invertébrés, mollusques, même combat !

Puisqu’on parle de tout ça, sachez également que ceci est valable aussi bien pour les invertébrés que pour nous, les mammifères. Les insectes et les mollusques céphalopodes ont les mêmes ressentis. C’est encore plus vrai pour d’autres espèces comme les oiseaux, les perroquets par exemple (quels bavards ceux-là…) ont un niveau de conscience quasi-humain. Les savants ont déclarés : « Les réseaux cérébraux émotionnels et les microcircuits cognitifs des mammifères et des oiseaux semblent présenter beaucoup plus d’homologies qu’on ne le pensait jusqu’à présent. » Ils ont démontré que les pies (ces sales voleuses qui ont plagié ma robe) « présentaient des similitudes frappantes avec les humains, …« .

Ils sont marrants ces chercheurs, ils ont même shooté des copains animaux. Comme des humains drogués. Pour voir ce que ça leur faisait. Du coup ils ont constaté que les perturbations constatées chez les humains étaient similaires chez les non-humains. Même quand on plane, on plane pareil. Ils ont comparés aussi les phases de sommeil, y-compris paradoxal, et là encore ils ont observés des cycles semblables. Tout pareil je te dis !

PieuvreEt voici leurs conclusions (on s’accroche s’il-vous-plait) : « Par conséquent, la force des preuves nous amène à conclure que les humains ne sont pas seuls à posséder les substrats neurologiques de la conscience. Des animaux non-humains, notamment l’ensemble des mammifères et des oiseaux ainsi que de nombreuses autres espèces telles que les pieuvres, possèdent également ces substrats neurologiques. » Même les pieuvres…, je suis morte de rire !

S’il-vous-plaît arrêtez le massacre !

Voilà ! Ça va en boucher un coin à certains là, non ? Sachez que je suis vraiment colère là ! Quand-est-ce que vous allez arrêter de violer mes copines vaches à lait ? De nous arracher nos bébés à la naissance et de tuer nos petits veaux sous nos yeux ? De nous remplir les mamelles de pus et de bactéries que vous buvez ensuite dans notre lait, humains, alors que vous n’en avez même pas besoin !? Quand cesserez-vous de nous gazer quand vous nous avez épuisé en quatre ans alors qu’on peut en vivre vingt de plus ?

Veggy
6 mars 2017

 

LIENS DE VIDÉOS OÙ DES VACHES PLEURENT (émotifs s’abstenir)

Les larmes des vaches, des êtres conscients et sensibles, indéniablement !
>> Les larmes des vaches, des êtres conscients, émotifs et sensibles, indéniablement ! <<

Nota Bene : Je tiens à préciser, pour ceux qui seraient sensibles aux échelles de valeur dans la comparaison être humain / animaux que je ne rabaisse pas la femme au niveau de la vache. J’ai aussi une échelle de valeur. Mais je veux attirer l’attention sur le fait que les émotions ressenties peuvent être les mêmes puisque l’une comme l’autre sont des êtres dotés de conscience, cela s’arrête là. Olivier

 

Vache à lait : 10 mythes de l’industrie laitière

Vache à lait durant sa vie, Veggy nous parle d’un livre…

Veggy de Aventure-Vegan
Veggy

Coucou les amis ! Pour ceux qui ne me connaissent pas encore (sans doute n’ont-ils pas lu ma présentation faite par Olivier dans cet article… ici), je m’appelle Veggy et suis un esprit. Je survole et accompagne l’aventure végan d’Olivier, Luna, Jade et Chance. Du coup, quand Olivier lit les livres de notre bibliothèque, pour m’occuper, je surfe et lis aussi. Et là, en me baladant sur le site http://www.vegactu.com  j’ai trouvé un article qui présente un livre écrit pour moi et mes sœurs encore vivantes : « Vache à lait - Dix mythes de l'industrie laitière » de Élise Desaulniers, une journaliste québecoise qui a reçu le « Grand prix québécois du journalisme indépendant » en 2015 et qui est donc plutôt reconnue. Elle tient aussi un blog qui s’appelle « Penser avant d’ouvrir la bouche« .

Elise Desaulniers
Elise Desaulniers

Des années difficiles, c’est le moins que l’on puisse dire

Je vais courir me l’acheter et le lire. Dès que ce sera fait je vous ferai un petit résumé. J’aime bien quand on parle de moi, eh oui, je sais, je suis un peu cabotine. Mais faut me comprendre aussi, pendant les quatre années que j’ai passées sur terre, on ne m’a fait que du mal sans jamais s’inquiéter de me demander mon avis ni m’accorder la moindre considération. Alors maintenant qu’on me laisse la parole je ne suis pas peu fière. Bref, assez parlé de moi. Dans ce livre Élise Desaulniers évoque justement ces années difficiles, mon chemin de croix et celui de mes sœurs, et explique qu’en plus ça ne sert à rien pour la santé des hommes, mais seulement à remplir les poches de certains d’entre-eux. Marrant quand même que ceux qui nous mangent enrichissent en réalité d’autres assez malins pour leur faire croire qu’ils en ont besoin. Sont vraiment bêtes ces hommes…

Veggy
18 février 2017

Voici le lien pour lire la fiche de présentation complète de l’ouvrage chez Amazon :

Maltraitance des cochons dans l’abattoir de Houdan (78)

Alerte de maltraitance animale

L’Association L214 Éthique & Animaux (son site internet : http://www.l214.com/), qui se bat pour la reconnaissance d’une éthique animale et dénonce régulièrement les méfaits de l’industrie agro-alimentaire, en particulier les tortures et la cruauté envers les animaux, publie aujourd’hui les résultats de son enquête effectuée sur l’abattoir de Houdan, dans les Yvelines (78), seul abattoir de cochons en Ile-de-France, et c’est… comment dire ? Vraiment terrible ! Voici les liens (attention certaines images sont terriblement choquantes) de ce nouveau cas de maltraitance animale :

Cochon portant les traces des chocs électriques dans le couloir de la mort de l'abattoir de houdan (78)
Cochon portant les traces des chocs électriques et de coups dans le couloir de la mort de l’abattoir de houdan (78)

Quand j’ai regardé la conférence de Gary Yourofsky avec sa vidéo sur les maltraitances animales dans les abattoirs américains, je me suis dit : Bon ! Ça c’est aux USA, peut-être qu’en France on n’en est quand même pas là, il y a des lois, des protections pour ne pas faire souffrir inutilement les animaux non ? Les abattoirs sont bien obligés de les respecter sinon ils fermeraient immédiatement. Quelle erreur ! La cruauté humaine n’a vraiment pas de limite, quelle honte pour notre espèce. Et ce sont les animaux que l’on appelle des bêtes… !

L214 porte plainte pour maltraitance contre l’abattoir de Houdan auprès du tribunal de grande instance de Versailles. Là je dis : BRAVO ! Heureusement que cette association existe, elle a tout mon respect et mon soutien.

L214 ETHIQUE ET ANIMAUX
Et le pire dans tout ça, c’est que les autorités étaient au courant depuis avril 2016, date de la dernière inspection de l’établissement, et qui a fait l’objet d’un rapport :

Ledit rapport est truffé de « NON CONFORMITÉ MINEURE« , en particulier pour :

  • locaux
  • équipements
  • personnel
  • fonctionnement (dont une « non conformité moyenne »)
  • plan de maîtrise sanitaire
Cochon en attente de sa mort dans l'abattoir de Houdan (78)
Cochon en attente de sa mort par gazage dans l’abattoir de Houdan (78)

et d’une « NON CONFORMITÉ MOYENNE » pour :

  • Modes opératoires normalisés relatifs à la protection animale (MON), ce qui inclut :
    • réception et attente des animaux et organisation des abattages
    • étourdissement et contrôle de son efficacité
    • mise à mort
    • gestion des animaux à problèmes

En résumé : RIEN N’EST CONFORME dans tous les items du rapport !!! Mais l’abattoir continue néanmoins son activité sans problème. Je soupçonne même un tel rapport suivi d’aucun effet d’être une sorte d’absolution qui encourage la maltraitance puisque, à l’évidence, les autorités s’en fichent !

Le commentaire de conclusion du rapport est « Selon les constats de l’inspection, la maîtrise de la protection animale est en grande partie satisfaisante malgré le constat de points de fragilité nécessitant la mise à jour du plan de maîtrise de la protection animale et sa réelle application sur le terrain. » Qu’en pensez-vous après avoir regardé les photos et vidéos ?

L214 précise (citation)  :

1. L’abattoir de Houdan est spécialisé dans la mise à mort de cochons. 2500 animaux y sont tués chaque semaine. Les cochons sont gazés au CO2 avant d’être saignés.
2. Les coups sont donnés avec une claquette à porc tournée sur la tranche, normalement utilisée pour faire du bruit afin d’apeurer les animaux. Il arrive aussi à un employé de donner des coups de pieds.

Voilà ! Moi je suis écœuré ! Il y a donc encore des bourreaux, en France, aujourd’hui, qui exercent « leur art » avec zèle, cruauté et satisfaction. Il faut le savoir et y penser. La maltraitance animale ça existe, c’est bien réel et concret, et à notre porte. Quand on mange du cochon en France, aujourd’hui, on participe indirectement à ces maltraitances. Qu’on le veuille ou non. À méditer…

Olivier
France – 17 février 2017