La conscience animale

Veggy, nous parle de la conscience animale

Veggy de Aventure-VeganCoucou les humains. Alors comme ça il y a des personnes dans votre espèce qui pensent que les animaux, dont moi-même je faisais partie, n’ont pas de conscience ? Nous ne serions pas sensibles et ne ressentirions pas d’émotions ? Quelle erreur et quelle ignorance ! Et pour vous démontrer que vous avez tout faux, je vais faire appel à quelques humains qui, eux, se sont donnés la peine de nous observer et de nous comprendre.  Tenez ! En 2012, des chercheurs en neurosciences cognitives, neuropharmacologie, neurophysiologie, neuroanatomie et neurosciences computationnelles (excusez du peu) se sont réunis à l’Université de Cambridge (chez les rosbifs LOL, humour noir vache), pour faire le point sur la conscience des événements dont les animaux, humains et non-humains, sont dotés.

Mêmes causes, mêmes effets

Sur la base de leurs expériences, enrichies par de nouvelles techniques, ils ont établi que nos circuits cérébraux (réseaux de neurones sous-corticaux) excités lors d’états affectifs, sont les mêmes que chez les humains. Autrement dit nous avons également un comportement émotif. Je les cite : « L’excitation artificielle des mêmes régions cérébrales engendre les comportements et les ressentis correspondants chez les animaux humains et non-humains. » Et paf ! Dans le baba pour ceux qui nous croient insensibles. Et ceci est valable même pour nos bébés, comme pour les bébés humains.

Ceci veut dire en clair, pour ceux qui seraient un peu durs à la détente, que quand on m’enfonce une perche ou un bras dans le vagin, à sec, pour me mettre en cloque artificiellement, et bien je m’en rends compte, et j’ai mal tout pareil qu’une femme humaine qui serait forcée. Sauf que pour une femme vous appelez ça un viol, mais pour moi vous appelez ça une insémination artificielle… Vous n’avez pas honte là ?

Et quand vous m’enlevez mon bébé à sa naissance, vous pensez peut-être que je meugle pour le plaisir. Et bien non ! Je pleure plusieurs jours de suite car je suis submergée de tristesse que l’on m’enlève mon bébé. Tout comme une femelle humaine pleurerait aussi. Et vous avez pensé à la peine de mon bébé arraché à sa mère ? À son sentiment d’abandon ? Et à ce que je peux ressentir quand vous constatez que c’est un mâle et que vous me le tuez sous les yeux ? Stress ! Stress ! Et encore stress ! Soyez pas étonné si mon lait tourne. Encore honte à vous !

Mammifères, invertébrés, mollusques, même combat !

Puisqu’on parle de tout ça, sachez également que ceci est valable aussi bien pour les invertébrés que pour nous, les mammifères. Les insectes et les mollusques céphalopodes ont les mêmes ressentis. C’est encore plus vrai pour d’autres espèces comme les oiseaux, les perroquets par exemple (quels bavards ceux-là…) ont un niveau de conscience quasi-humain. Les savants ont déclarés : « Les réseaux cérébraux émotionnels et les microcircuits cognitifs des mammifères et des oiseaux semblent présenter beaucoup plus d’homologies qu’on ne le pensait jusqu’à présent. » Ils ont démontré que les pies (ces sales voleuses qui ont plagié ma robe) « présentaient des similitudes frappantes avec les humains, …« .

Ils sont marrants ces chercheurs, ils ont même shooté des copains animaux. Comme des humains drogués. Pour voir ce que ça leur faisait. Du coup ils ont constaté que les perturbations constatées chez les humains étaient similaires chez les non-humains. Même quand on plane, on plane pareil. Ils ont comparés aussi les phases de sommeil, y-compris paradoxal, et là encore ils ont observés des cycles semblables. Tout pareil je te dis !

PieuvreEt voici leurs conclusions (on s’accroche s’il-vous-plait) : « Par conséquent, la force des preuves nous amène à conclure que les humains ne sont pas seuls à posséder les substrats neurologiques de la conscience. Des animaux non-humains, notamment l’ensemble des mammifères et des oiseaux ainsi que de nombreuses autres espèces telles que les pieuvres, possèdent également ces substrats neurologiques. » Même les pieuvres…, je suis morte de rire !

S’il-vous-plaît arrêtez le massacre !

Voilà ! Ça va en boucher un coin à certains là, non ? Sachez que je suis vraiment colère là ! Quand-est-ce que vous allez arrêter de violer mes copines vaches à lait ? De nous arracher nos bébés à la naissance et de tuer nos petits veaux sous nos yeux ? De nous remplir les mamelles de pus et de bactéries que vous buvez ensuite dans notre lait, humains, alors que vous n’en avez même pas besoin !? Quand cesserez-vous de nous gazer quand vous nous avez épuisé en quatre ans alors qu’on peut en vivre vingt de plus ?

Veggy
6 mars 2017

 

LIENS DE VIDÉOS OÙ DES VACHES PLEURENT (émotifs s’abstenir)

Les larmes des vaches, des êtres conscients et sensibles, indéniablement !
>> Les larmes des vaches, des êtres conscients, émotifs et sensibles, indéniablement ! <<

Nota Bene : Je tiens à préciser, pour ceux qui seraient sensibles aux échelles de valeur dans la comparaison être humain / animaux que je ne rabaisse pas la femme au niveau de la vache. J’ai aussi une échelle de valeur. Mais je veux attirer l’attention sur le fait que les émotions ressenties peuvent être les mêmes puisque l’une comme l’autre sont des êtres dotés de conscience, cela s’arrête là. Olivier